CHOIX VITAL : Parole et Cancer

Le mot du Président

Grâce à votre soutien précieux, l’association  Choix Vital:Parole & Cancer, s’est développée et a  été reconnue d’intérêt général.

Aujourd’hui, les groupes de parole de Choix Vital  : Parole & Cancer se réunissent une fois par semaine, dans Paris et Neuilly en accès libre et sans aucune contrainte.

Grâce à votre soutien précieux, l’association  Choix Vital:Parole & Cancer, s’est développée et a  été reconnue d’intérêt général.

Lieu d’écoute et de partage, un endroit où chacun, malade ou accompagnant, malade et accompagnant, peut venir raconter ses peurs et ses espoirs.
Juste le besoin d’être ensemble et ne plus se sentir seul face à la maladie, aux traitements souvent inquiétants, partager avec d’anciens patients, partager avec certains médecins, pour qui l’écoute et les explications ne sont jamais de trop.
Demain, grâce à votre soutien, Choix Vital aura plus de réunions dans plus d’endroits et sera plus présent sur les réseaux sociaux.

Découvrez dès aujourd’hui le site internet modernisé et parcourez les newsletters, que nous nous engageons à publier régulièrement, témoignant de l’activité des groupes de parole et diffusant les informations médicales et sociétales qui nous paraissent importantes dans le domaine du cancer.
 
Les bénévoles de l’Association auront à cœur et enthousiasme d’accompagner les patients et leurs proches pour que le droit à l’oubli ne soit pas qu’une loi sur l’assurance, mais une réalité pour tous les cancers.

Docteur Jean Louis GUILLET, Président de Choix Vital : Parole et Cancer


GROUPES DE PAROLE Mars 2019

Jeudi 7 mars 2019 de 17h30 à 19h30

Dr Daniel Richard

  • Hôpital Américain – 63 bd Victor Hugo – 92200 Neuilly sur Seine
  • bus 93-174-82

Mardi 12 mars 2019 de 17h à 19h

Dr Perrine Goyer

  • Clinique Turin – 11 rue de Turin – 75008 Paris
  • bus 66-80-95 Métro Rome-Europe-Saint Lazare-Liège

Jeudi 14 mars 2019 de 17h à 19h

Dr Daniel Richard

  • Maison des Associations du 7ème – 4 rue Amélie – 75007 Paris
  • Bus 92-Métro Latour-Maubourg

Lundi 18 mars de 17h à 19h

Dr Jean-Louis Guillet

  • Maison Fréderic Ozanam – 10 rue Neuve Sainte Catherine – 13007 Marseille
  • Métro Vieux Port – Bus Arrêt Fort Notre Dame

Jeudi 21 mars 2019 de 15h à 17h

Dr Rémy Salmon, Dr Olivier Ouhioun et Mme Bettina Pressutti

  • Clinique Saint Jean de Dieu – 2, rue Rousselet 75007 Paris
  •  Métro Duroc – Saint François Xavier

Lundi 25 mars 2019 de 17h30 à 19h30

Dr Patrick Ezra

  • Clinique Monceau  21 rue de Chazelles 750017 Paris
  • Bus 84 et 30 – Métro Courcelles – RER A Charles de Gaulle Etoile


FAUT-IL TOUJOURS DIRE LA VÉRITÉ AUX PATIENTS?

Le Quotidien du Médecin  25/02/2019

Je voudrais partager mon expérience de 40 ans de chirurgie cancérologique et 15 ans d’animation de groupe de parole (association Choix Vital : parole et cancer).

La vérité diagnostique, toujours. Nécessaire à l’explication du protocole de traitement défini en RCP (conforté par la loi sur l’informatique des patients), si possibles avec la personne de confiance, souvent le conjoint, pour éviter les doubles discours.

La vérité pronostique, jamais. Pour plusieurs raisons. Ce n’est qu’une vérité statistique, avec les variations des courbes de Gauss, évolution rapide ou au contraire survie prolongée déjouant l’impression d’agressivité d’une tumeur. Rien de pire que d’avoir annoncé au patient et à la famille un pronostic de survie très raccourci et d’être face à eux trois ans après! La vérité pronostique est mouvante, singulièrement avec l’arrivée de l’immunothérapie, qui modifie totalement la survie de certains patients ; les meilleurs exemples concernant les mélanomes même métastasés et les cancers du poumon.

Surtout, la vérité in extenso suppose de ne pas croire à l’action thérapeutique des soins de support, pourtant reconnue dans le plan cancer, tels que la réadaptation à l’effort en prévention des récidives ou les groupes de parole, dont le but est de créer une dynamique de groupe renforçant la motivation psychologique.

De façon pragmatique, cela consiste à abandonner tous les termes à consonance péjorative, supprimer métastase, remplacée par lésion secondaire (comme peut l’être une question secondaire, tous les spécialistes interprèteront la gravité, mais pour le patient, cela restera secondaire …) aborder tous les facteurs d’agressivité de façon neutre, une tumeur du sein triple négative justifiant d’une chimiothérapie première ou « la chance » que la tumeur exprime le gêne Her2 avec un antidote spécifique, l’herceptine.

Les groupes de parole, animés par un cancérologue, apportent un complément d’information aux nouveaux patients sur leurs traitements, rompent leur isolement et renforcent leur volonté, en les mettant en présence d’anciens patients continuant à témoigner dix ans après leur cancer. Dr Jean-Louis GUILLET